Campagne publicitaire contre le plafonnement des frais d’interchange !

« Votre carte bancaire compte, elle est la clé de voute de votre tranquillité, de votre confort et de votre sécurité », c’est par ces mots que commencent la campagne lancée par l’IAEP (l’alliance internationale pour les paiements électroniques) qui se positionne clairement contre le projet de l’Union Européenne visant à plafonner les frais d’interchange. Ceux-ci correspondent aux montants payés par les commerçants qui acceptent les cartes bancaires.

La campagne invite les consommateurs à signer une pétition pour que l’UE cesse son ingérence. Dans la vidéo ci-dessous, l’IEAP présente les arguments suivants:

  • La loi créerait un terrain de jeu déloyal en faveur des cartes chères destinées aux plus riches. Plus précisément, les cartes American Express seraient avantagées au détriment de Visa et MasterCard
  • Les frais d’interchange permettent l’accès au paiement à crédit et protège contre la fraude
  • Même si ça peut être avantageux pour les commerçants, ceux-ci risquent de ne pas baisser leur prix et les consommateurs vont devoir payer des frais bancaires plus importants et auront un accès plus limité au crédit
  • Les frais d’interchange permettent d’assurer les risques liés à la sécurité et au non-paiement
  • Dans les pays où le plafonnement des frais est mis en œuvre (Espagne, Australie, USA), les cartes bancaires et les services qui y sont liés sont nettement plus chers.

Que faut-il en penser ?

D’après une étude d’Europe Economics, les banques françaises seraient confrontées à des pertes de revenus de 418 millions d’euros, pertes qu’elles feraient payer aux consommateurs à travers de nouveaux frais bancaires. Par ailleurs, la mesure serait uniquement bénéfique pour les grands magasins et pas pour les PME qui pourraient payer plus cher. Le rapport met aussi en évidence l’importance des paiements électroniques pour différents acteurs économiques.

L’étude commandée par MasterCard présente des conclusions intéressantes quant aux impacts éventuels suite à une nouvelle règlementation et précise qu’il est essentiel de comprendre parfaitement le fonctionnement du marché des frais d’interchange. Toutefois, si l’on considère une perspective plus large, il faut garder à l’esprit que le désir de MasterCard (et Visa) de continuer à assoir leur hégémonie sur l’univers du paiement. En effet, si les moyens de paiement n’ont jamais été aussi nombreux, les systèmes (porte-monnaie électronique, paiement sans contact, paiement en ligne) reposent encore la plupart du temps sur ces technologies. Il suffit d’essayer de se passer de sa carte pendant une semaine pour s’en rendre compte: retrait d’argent aux distributeurs, inscription de sa carte dans un porte-monnaie électronique ou sur une app de son smartphone, paiements sur internet et paiements à l’étranger.

Or, l’UE est favorable à une alternative à Visa et MasterCard en Europe. L’initiative Payfair avait été lancée il y a quelques années mais elle ne semble pas avoir pu se développer suffisamment jusqu’ici.

Les récents évènements en Russie ont également poussé le président russe Vladimir Poutine à réclamer un système de paiement russe par carte bancaire afin de pouvoir contourner les sanctions monétiques américaines. Plus qu’économique et financier, l’enjeu lié au paiement peut donc s’avérer politico-stratégique et crucial pour avoir plus d’indépendance.

Enfin, les inventions en matière de paiement n’ont jamais été si nombreuses ces dernières années notamment au niveau des crypto-monnaies. Si ces dernières sont encore trop jeunes pour être actuellement considérées comme une alternative viable, le potentiel d’innovation semble bel et bien être présent. En attendant, on peut raisonnablement penser que l’on gardera encore quelques années nos petites cartes bancaires (ou au moins notre relation à) Visa et MasterCard au demeurant très pratiques, il faut le reconnaitre…

Et vous ? Quel est votre avis ? Allez-vous signer la pétition sur http://mycardmatters.com/fr/ ?

L’IEAP (International Alliance for Electronic Payments) se défini comme « un groupe international de coopératives de crédit, de banques communautaires et de réseaux de cartes de paiement déterminés à protéger la valeur et la commodité des systèmes de paiement électroniques en sensibilisant les responsables politiques, les consommateurs et les médias ainsi qu’en faisant la promotion de politiques favorisant l’innovation et élargissant le choix du consommateur dans l’économie numérique croissante d’aujourd’hui ».

(4/5 -1 Basé sur 1 avis)