Le porte-monnaie électronique mobile peine à décoller

Alors que le paiement mobile est en train de se développer fortement sur le continent africain (surtout l’Afrique de l’est), la situation est bien différente en France et globalement en Europe. En Afrique, les transactions par mobile concernent surtout le crédit téléphonique, le transfert d’argent entre particuliers (de personne à personne) et le paiement des factures mais d’autres projets sont en cours : paiement des impôts, de l’assurance santé ou encore d’actes médicaux.

Pourquoi le m-paiement décolle-t-il en Afrique ?

En Afrique, de nombreuses personnes ne sont pas bancarisées : elles ne possèdent pas de compte bancaire et à part le troc ou le paiement par cash, il n’existe pas d’autres moyens de paiement populaires et accessibles. D’autre part, le nombre d’acteurs dans le secteur financier et celui des télécoms est plus restreint (d’où une concurrence moins accrue), ce qui favorise la création de partenariats.

Quel est la situation du paiement mobile en France ?

Chaque acteur présent dans la chaine du paiement veut sa part du marché. Si à court terme, les marges bénéficiaires sont réduites étant donné le faible nombre d’utilisateurs et les investissements assez conséquents à réaliser, à long terme, si la solution de paiement mobile émerge, le retour sur investissement valoir la peine.

Ainsi, on peut lister tous les acteurs concernés par le paiement mobile et les intérêts de ceux-ci :

  • Les opérateurs de télécommunication : il s’agit pour eux d’un nouveau marché car jusqu’ici les banques étaient les seuls à offrir des moyens de paiement aux clients
  • Les banques qui comme dit ci-dessus, ont historiquement été les établissements monétiques de référence pour tout paiement ou transfert d’argent
  • Les portefeuilles électroniques : arrivés il y a quelques années, ils ont facilités le paiement en ligne et comptent être présent aussi sur le marché mobile
  • Les acteurs issues des nouvelles technologies : Google, Apple et même Facebook avec ses Facebook crédit lorgnent de près l’évolution et souhaitent « avoir leur mot à dire » si on utilise leurs services ou outils
  • Enfin, tous ces acteurs doivent convaincre les commerçants d’adopter leurs solutions de paiement, ce qui n’est pas simple vu les commissions prélevées sur les achats et la relative faible notoriété des nouveaux acteurs monétiques
  • Les commerçants sont par ailleurs souvent obligés de s’adresser à un « agrégateur de moyens de paiement » qui autorisent la réception de paiements issus de différents organismes
  • Les consommateurs (les payeurs) qui veulent que le paiement soit facile, avantageux et sécurisé. Mention spéciale aussi pour l’alimentation de l’outil de paiement qui constitue une des pierres angulaire pour son utilisation. La multiplicité des usages du moyen de paiement sera aussi à l’avenir un élément important pour le consommateur qui n’aimera pas avoir plusieurs moyens de m ou de e-paiement tout comme il n’aime pas avoir énormément de cartes dans son portefeuille réel.

Les banques, Visa et MasterCard

Que font les banques ? Le secteur bancaire est déjà très concurrentiel et les établissements bancaires semblent jusqu’ici plus ou moins tous incapables de faire émerger leur solution.

Une aubaine pour Visa et MasterCard ? De nos jours, la plupart des gens ont déjà une carte bancaire Visa ou MasterCard, c’est une marque et un produit qu’ils connaissent donc bien. En outre, la plupart des commerçants ont un terminal de paiement pouvant accepter ces cartes. Vu l’emprise des 2 géants sur le marché et s’ils ne sont pas trop gourmands en termes de prix, il est possible qu’ils arrivent à davantage de résultats avec leurs solutions de portefeuille électronique : V-me by Visa et MasterCard Paypass.

Visa Europe a ainsi annoncé que son service de porte-monnaie électronique serait lancé à l’automne 2012 en France. V-me permettra le paiement en ligne, sur mobile et sans contact dans les magasins physiques. Visa Europe considère son nouvel outil comme « le cœur des futurs moyens de paiement de Visa »…

Fin de cette année, le « PayPass Wallet Service » de MasterCard devrait également débarquer en France avec les mêmes fonctionnalités que V-me. MasterCard joue cependant clairement la carte de l’ouverture car son portefeuille électronique pourra être alimenté avec les comptes et les cartes bancaires que les clients désirent. Par ailleurs, MasterCard va proposer sa solution de porte-monnaie électronique en marque blanche aux commerçants, e-marchands, banques, « agrégateur de paiement » et autres e-portefeuilles.

Rendez-vous fin 2012…

(0/5 -0 Basé sur 1 avis)